La Compagnie

La Compagnie Les Yeux Fermés est née en 2005, de l'histoire d'une rencontre entre Yannick Boulanger et Aurélien Lironcourt, d'envies et de passions communes.

Le point de départ de la rencontre est la jonglerie.
Leur parcours est atypique, empruntant les chemins de la formation professionnelle et s'aventurant aussi hors des sentiers battus avec de nombreuses années à apprendre de manière autodidacte et expérimentale.


La formation professionnelle s'articule autour du théâtre en tant que comédien et assistant metteur en scène pendant plus de 10 ans avec la Cie Tamérantong! pour Yannick, mais également pour chacun d'entre eux autour du Théâtre gestuel à l'École du Samovar et de la jonglerie et l'enseignement de  cet art au sein de l'Association Les Ballapapass.
Parallèlement à cela, ils contribuent également à l'organisation d'événements en participant à l'édification du Festival « Balles Habiles à Belleville », créé par Les Ballapapass en 1998 et organisé jusqu'en 2007 dans le Parc de Belleville (Paris 20ème).

Leurs pratiques autodidactes et expérimentales tournent,  elles, principalement autour de la jonglerie, de la rencontre avec des jongleurs amateurs et professionnels et de l'expérience de la rue en France et à l'étranger.


Entre 2004 et 2007, ils sillonnent le continent Latino Américain, tout en rentrant régulièrement en France. Le spectacle, la rencontre et le partage est alors le prisme à travers lequel ils considèrent leurs voyages.  Une de leurs envies est de proposer des spectacles là où habituellement il n'y en a pas.  Ils jouent alors par exemple dans des communautés indigènes (zapatistes notamment), des écoles Boliviennes, sur des ports Afro-Caraïbéens et dans bien d'autres rues et lieux sur le chemin de leurs pérégrinations.

Ces représentations sont toujours inoubliables et enrichissantes, les gens qui forment le public sont bien entendu tous très différents, mais ils ont en communs d'être accueillants, vivants, contents d'avoir accès à une parenthèse de rire ou de rêve, contents pour une fois de ne pas faire parti des oubliés de la culture.
Cliquez pour agrandir l'imagePar ailleurs, au cours de leurs voyages, Yannick et Aurélien rencontrent de nombreux circassiens latino-Américains et sont ainsi parmi les instigateurs d'un véritable échange entre jongleurs parisiens et chiliens notamment.
C'est entre leurs activités en France, leurs voyages outre-Atlantique mais aussi en jouant en rue ici et là-bas  qu'ils se forment aux arts de rue et créent leurs premiers spectacles. Dès lors, ils décident d'utiliser leur technique de jonglerie comme un support au contenu et teintent leurs créations de différentes couleurs, d'engagement, de poésie, ou d'histoires vécues.
La rencontre et l'échange sont alors le point de départ de chaque expérience.

À partir de 2006-2007, c'est avec le spectacle Se Cayó! qu'ils commencent à parcourir les festivals de rue. À côté de cela,  Les Yeux Fermés continuent à se confronter à des publics différents et jouent également dans des rues et des salles moins conventionnelles comme les CAT, les IME, en SSESD, en maison d'arrêt, dans les quartiers populaires ou encore en Maison d'enfants ou maisons de retraites.
Cliquez pour agrandir l'imageEn 2007, c'est la naissance du Collectif du TroC sur le Festival d'Aurillac dans la Cour Tivoli 3. Après de nombreuses années à imaginer, tester, souder, scier, créer, charger et décharger des gros camions, jouer, Le TroC en tant qu'Univers Spectaculaire Habité prend vie et corps en 2013-2014.
En 2011, la Compagnie reprend la route de la création avec son nouveau spectacle Una Lucita - dans lequel la cie aborde le thème de l'autodétermination des peuples.

Cliquez pour agrandir l'imageEn 2012, Yannick Boulanger et Géraldine Tronca imaginent, sur commande de la Ville de Saint-Ouen, le projet des Pingouins Anonymes. Le projet rassemble une douzaine d'artistes jongleurs, manipulateurs, sculpteurs sur ballons, acrobates et échassiers.
En 2014, Yannick crée, en partenariat avec Le Curry Vavart, Victor Bruneau, une performance en solo sur le thème de la Guerre 14/18  pour une exposition au Fort de Condé (02).
Il remet son costume de poilu plusieurs fois dans l'année, lors d'expositions en milieu scolaire ou de Festivals.
En 2015, il décide d'en créer une version longue pour l'espace public.
Sorti en 2016, le spectacle s'intitule "...C'est bien d'humanité dont nous parlons!" et obtient, au début de l'année 2017, le Label "Centenaire" par la Mission Centenaire 14/18.
Crédit photos de haut en bas :
Black Ghost (http://blackghhost.blogspot.com/), Bruno Tachliekj, Cie Les Yeux Fermés.

L'équipe

Plus d'infos en cliquant


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 20 juin 2017